Jeudi 13 décembre 2018      Dernière mise à jour - Última puesta al día : 28-07-2018

courrier Mail

ecolo

17 juillet 1998

Trek - jour 1

060
057

Surlendemain de notre arrivée à Cuzco ; c'est en car que nous rejoindrons Chilca (2195 m), point de départ de notre trek.
Chilca est situé au kilomètre 82 de la voie ferrée qui suit la vallée de l'Urubamba jusque Quillabamba.
Elle est le prolongement de la voie venant de Puno en passant par Cuzco. Les randonneurs utilisant le train pour se rendre au départ du trek vont généralement jusqu'au kilomètre 88.
Après le village de Urubamba où nous faisons une petite pause déjeuner, nous traversons Ollantaytambo où le guide, Francis, tente d'embaucher les porteurs manquants. Plus loin, un pont emporté par la crue d'un petit torrent n'empêche pas la progression, le car le passera à gué, avec quelques difficultés il est vrai. La route parfois très étroite et parfois en surplomb réclame du chauffeur la plus grande attention. D'autres cars nous précèdent et à l'arrivée à Chilca, limite ultime de la route, les groupes se forment. Le nôtre comprend 18 participants, entre autre 9 américains, 2 femmes argentines, 1 allemand, 1 péruvienne, 1 belge (moi !) et quelques autres personnes encore.


082

Site de Llactapata

Le chemin commence par la traversée du rio Urubamba dont on va suivre quelque temps la rive gauche pour ensuite remonter une petite vallée où nous prendrons le repas de la mi-journée. Une très raide montée suit le passage du ruisseau pour déboucher sur un plateau qui nous mène face au site de Llactapata.

Vue aérienne du site de Llactapata (Google Earth).

On remonte alors la vallée du rio Kusichaca jusqu'au village de Huayllabamba (3000 m) qui est le terme de cette première étape. Ce village ne compte que quelques habitations. Les porteurs installent les tentes et ensuite s'activent à préparer le repas du soir.

La nuit tombe vite sous les tropiques et il fait déjà nuit lorsque s'achève le repas. Cette première étape ne comportait guère plus d'une douzaine de kilomètres et nous nous sommes élevé de presque 800 m. Demain, ce sera plus dur, passage d'un col à 4200 m, le Warmi Wañusca. On ne tarde pas à se glisser dans nos sacs de couchage à la recherche d'un sommeil réparateur.




Page précédente

Page suivante