Lundi 10 décembre 2018      Dernière mise à jour - Última puesta al día : 28-07-2018

courrier Mail

ecolo

20 juillet 1998

Trek - jour 4 suite

Et enfin, l'émerveillement, la découverte du site vers lequel nous tendions tous. Dans la lumière matinale, la vue depuis Inti Punku est magique. C'est un moment de grande joie même si par moment, au cours de la descente finale, la brume nous masque le site.

154

162

Dans la carrière, on remarque une pierre dont le façonnage a été interrompu. On distingue une série de trous qui étaient pratiqués au moyen de pierre plus dure qui pouvait être de la magnétite, oxyde naturel de fer, ou de pièces de cuivre. Ces entailles permettaient d'y introduire des cales de bois dur qu'il suffisait d'humidifier pour que leur gonflement provoque l'éclatement de la roche.

182

A l'avant plan, une pierre inachevée

183

Vue de la carrière

Peut-être est-il utile de rappeler ici que les Incas ne connaissaient pas le fer mais bien le cuivre et le bronze  ; ils ne connaissaient pas non plus la roue, du moins appliquée au transport. Leurs réalisations n'en sont que plus spectaculaires.

193

Vue générale de la carrière et des terrasses de culture appelées andenes. On peut également apercevoir dans la partie supérieure gauche le chemin par lequel nous sommes arrivés au site de Machu Picchu.




Page précédente

Page suivante