Jeudi 13 décembre 2018      Dernière mise à jour - Última puesta al día : 28-07-2018

courrier Mail

ecolo

Jour 33 : jeudi 18 septembre 2003 - suite

Santiago de Compostela

Dépôt des sacs dans une consigne puis office des pèlerins à 12h.

botafumeiro

A certaines occasions, on peut voir en action le botafumeiro, énorme encensoir suspendu à la croisée du transept et que des servants font osciller dans le transept de la cathédrale ; sa fonction initiale devait probablement être d'ordre hygiénique à une époque où la propreté des pèlerins ne devait être que très relative. Il pourrait dater du début du 17e siècle.

Détail du mécanisme  :  Traction sur le brin gauche, le brin droit supporte le botafumeiro

La cérémonie du botafumeiro s'accompagne d'un chant que l'on peut entendre ici :






Quelques précisions concernant le botafumeiro :



compostela

Compostela

Après l'office, recherche d'un hôtel ou d'une chambre. On trouve finalement 3 chambres solo pour Susanne, Monica et moi-même (20 euros solo). Ensuite, faire tamponner la crédentiale et obtenir la Compostela.



Puis seulement à 15h, dîner. En entrée, un excellent plat de piments de Padrón.



Créeacute;denciale

Crédentiale



s319

A 16h, avec Monica, nous allons à la gare réserver nos billets de retour : Monica vers Madrid pour reprendre un vol pour le Canada, et moi pour Hendaye. Demain, Susanne ira en car jusque Fistera avec retour le jour même. Beaucoup pensent que le camino n'est pas terminé si on n'est pas allé jusqu'à la limite des terres, pour y accomplir le geste symbolique, au pied du phare, dans les chaussures de bronze, brûler quelques effets personnels attestant d'une existence nouvelle...

On a convenu de se retrouver tous ensemble sur la place de l'Obradoiro vers 18h et de souper à 20h30 au restaurant Manolo, célèbre à Santiago. Repas simple. Et enfin, une longue séance d'adieux puisque je quitte Santiago le lendemain matin.




Page précédente

Page suivante